Le TdS féminin: une course spéciale pour Trek
28. mai 2021

Countdown

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Dans quelques jours, le Tour de Suisse reprendra ses droits. Avec une pause d’un an, mais avec d’autant plus d’euphorie pour cette raison. Le Tour de Suisse se base non seulement sur l’édition masculine de la course, mais aussi sur celle des femmes.

Pour la première fois, l’élite féminine internationale s’attaquera aux routes suisses. Trek est tourné vers l’avenir de deux manières. D’une part, la société américaine est représentée par une équipe solide, d’autre part, l’engagement a été étendu au-delà de la course masculine. Avec DT Swiss, Trek fournira également le service de course neutre au TdS féminin.

«Lorsque nous avons entendu parler de l’accueil du TdS féminin, nous avons rapidement su que nous voulions y participer. La devise de notre entreprise est «Ride Bikes». Amusez-vous. Sentez-vous bien. Nous voulons inciter les gens à faire plus de vélo, quel que soit leur milieu ou leur sexe. Dans le domaine du sport, l’écart entre le sport masculin et le sport féminin est malheureusement encore très important. Il y a encore du travail à faire de ce côté là. Accueillir le TdS féminin est un pas important dans la bonne direction», a déclaré Guido Anderwert, directeur du marketing pour la région DACH chez Trek Bikes.

Engagement et athlètes féminines

L’équipe Trek-Segafredo est l’équipe d’usine des Américains. En tant qu’entreprise familiale, il est important pour Trek de travailler en étroite collaboration avec les athlètes. Et de les valoriser en conséquence. Plus tôt cette année, Trek a annoncé que toutes les athlètes féminines recevraient le même salaire minimum que leurs homologues masculins du WorldTour. Jusqu’alors, aucune autre équipe féminine n’avait franchi cette étape. C’était une mesure attendue que d’autres équipes ont depuis suivi.

Si vous regardez le portefeuille de sponsoring de Trek, cette étape n’est pas une surprise. On y trouve de nombreuses athlètes féminines de renom. D’un point de vue suisse, Jolanda Neff est la plus importante. Elle sera également présente au départ du TdS féminin la semaine prochaine. Ces dernières années, Neff a souvent alterné entre le cyclisme sur route, le cyclocross et le VTT. En vue des Jeux de Tokyo, elle se concentre toutefois sur le VTT et sera donc au départ sous le maillot de l’équipe nationale. Andrea Waldis, une autre athlète Trek qui, comme Neff, pratique normalement le VTT, sera sur la ligne de départ. «C’est un grand honneur de participer à la première du TdS féminin. Je suis déjà très excité par les deux étapes et je vais donner le meilleur de moi-même», a déclaré Waldis.

Le peloton de départ féminin se lit comme un who’s who de l’élite internationale. En plus de Neff et Waldis, l’équipe Trek-Segafredo sera rejointe par l’ancienne championne du monde de Grande-Bretagne Elizabeth Deignan, les Néerlandaises Ellen Van Dijk et Lucinda Brand, la championne du monde de cyclocross en titre, ainsi que la championne française Audrey Cordon Ragot. Les perspectives d’une bonne performance sont donc bonnes.

Le cheval de trait

Lorsque Trek a présenté l’année dernière son vélo de route pour terrains difficiles, l’Émonda, Deignan s’est retrouvé sur les images du produit aux côtés du vainqueur d’un Grand Tour Vincenzo Nibali. Pour de bonnes raisons. Car si d’autres fabricants font des distinctions liées au sexe dans les vélos de route, Trek suit une voie différente. Pour les Américains, tout vélo que conduit une femme est un «vélo de femme». Trek est convaincu que chaque cycliste a des exigences et des besoins différents, mais qu’il mérite tout de même de rouler sur un vélo qui s’adapte parfaitement et offre une expérience de conduite exceptionnelle, indépendamment de son sexe, de son anatomie, de son style de conduite ou de ses capacités. C’est pourquoi Trek propose ses vélos de course dans de nombreuses tailles différentes.

Les coureurs de l’équipe Trek-Segafredo ainsi que Neff et Waldis s’attaqueront à la course du 5 juin à Frauenfeld sur l’Émonda. Une affaire importante pour Trek. Non loin du siège de la Suisse, à Dübendorf, c’est dire l’émotion. 

Plus de nouvelles